[Clash] E.Leclerc VS les pharmaciens

Je n’avais pas posté sur le blog depuis plus d’un mois. Désolé de cette absence mais j’ai eu fort à faire : ceux qui me suivent sur Twitter ont dû s’en rendre compte !

Je reprends donc mes activités sur I Have An Idea avec la pub qui m’a un peu énervé ce week-end, je veux bien sûr parler de la nouvelle tentative d’OPA publicitaire des supermarchés E.Leclerc sur la vente des médicaments. Pour ceux qui n’auraient pas vu ce spot, le voici :

Bon, je ne vais pas revenir sur ce que je pense de la stratégie marketing de E.Leclerc ni sur ses pubs qui parlent au conso comme s’il était débile profond et qui, plus que de me donner l’envie de franchir la porte d’un de ses supermarchés, me motive surtout à lancer une grande campagne de boycott.
Ce dont je veux parler aujourd’hui est plutôt la récidive de E.Leclerc sur ce sujet très sensible qu’est la santé publique.

Souvenez-vous, c’était en 2008, le premier pas de l’épicier en chef en direction du marché de médicaments :

Immédiatement, les pharmaciens s’étaient mobilisés et avaient répondu avec humour en parodiant le spot :

Quelques jours plus tard, une seconde vidéo voyait le jour avec cette fois l’apparition du slogan « à chacun son métier » :

Aujourd’hui, E.Leclerc repasse à l’attaque avec son nouveau spot. Mais le contexte est bien différent, avec évidemment la polémique toute récente de la viande de cheval retrouvée dans certains plats préparés annoncés comme étant au bœuf. Cette polémique éclabousse toute la filière de production de ces plats mais aussi les grandes surfaces – dont E.Leclerc – accusées de tirer les prix sans cesse vers le bas, au mépris de la qualité.
Les pharmaciens ont trouvé là un point sur lequel appuyer leur réponse et cette image a commencer à circuler cet après-midi sur les réseaux sociaux :

D’où mon interrogation qui est la véritable vocation de ce post – et j’espère qu’un des conseillers com’ de E.Leclerc le lira et pourra me répondre : Comment peut-on laisser diffuser un tel message (je parle du dernier spot) quand l’actualité pointe ainsi du doigt tout un secteur ? Je sais que les espaces étaient déjà bookés mais une perte sèche était-elle pire qu’une nouvelle polémique qui pourrait se transformer en un boycott massif de l’enseigne ? N’y a-t-il pas la petite voix d’un spécialiste de la com’ de crise qui s’est élevée pendant l’une des réunions de la semaine dernière ?
J’attends des réponses par pure curiosité !

Et je regarderai les prochains rounds E.Leclerc VS les pharmaciens avec beaucoup d’intérêt.

  1. Bien que je sois révoltée par la campagne de pub Leclerc (dont soit dit en passant le dernier spot est plutôt efficace), j’ai bien peur que la contre affiche proposée ci-dessus (bien qu’elle soit sympathique) soit un jeux d’enfants à contrer et à retourner contre les pharmaciens par une enseigne comme Leclerc (cf certains médicaments vendus et retirés car dangereux).
    Si on pouvait éviter de lui tendre des perches….

  2. Pour les médicaments vendus et retirés car dangereux, ce n’est pas du fait des pharmaciens. Ca provient de mauvaises prescriptions, poussées parfois par des patients mal informés ou qui se disent justement : c’est un médicament, les effets secondaires c’est pour les autres, moi je veux que le positif (maigrir pour le Médiator et pas d’acnée & pas de prises de poids pour les pilules de 3-4e génération)
    Eh oui un médicament ça soigne mais c’est dangereux. Ca n’a jamais été nouveau, c’est même dans les notices
    Donc mettre le médicament au même niveau que le petit pois, ça m’a énervé tout le WE et ça continue

  3. Non ce n’est pas du fait des pharmaciens effectivement, mais le cheval dans les plats préparés n’est pas plus du fait de Leclerc.
    La comparaison médicaments/produits de conso classiques est douteuse, mais la comparaison viande de cheval/produits de santé l’est tout autant..
    Je n’adhère pas du tout à cette affiche et à cet argument, utiliser le scandale de la viande de cheval pour contrer Leclerc ne nous fera pas avancer dans le combat contre la reprise de la pharmacie par les enseignes de grande distribution.

  4. Un pharmacien est responsable devant la loi des produits qu’il délivre. Il se doit d’en assurer la traçabilité.

    La comparaison cheval/produits de santé est justifiée. Si un pharmacien décide de baisser ses coûts, et achète par exemple des médicaments sous dosé ou défectueux ou pas avec le bon principe actif (je te remplace ton paracétamol par du lait en poudre), il risque de prendre très cher (rayé de l’ordre des pharmaciens, prison …). Or que Leclerc, on lui met une petite tape sur les doigts au grand maximum.

  5. Effectivement les conséquences ne sont pas les mêmes.
    Cependant je ne suis pas certaine qu’on puisse dire que le titulaire d’officine assure une traçabilité. Il se fournit chez les grands labos qui font fabriquer en Inde pour certains et le jour où un maillon de la chaîne fera une boulette pour gagner plus, on l’aura tous dans l’os.
    On se fie à de grands noms de labos comme Leclerc s’est fié à une grande enseigne comme Findus.. est ce qu’on est vraiment à l’abri d’un scandale?

    (Je reste cependant complètement opposée à l’idée de Leclerc, mais je trouve l’argument de la traçabilité assez moyen)

Laisser un commentaire