JDCM #6 : un exemple du pouvoir « social » de Twitter

Twitter est une invention formidable. Au début – je dois l’avouer – je n’y croyais pas vraiment. C’était il y a un moment maintenant. J’étais encore en cours, en Master 2 E-rédactionnel et un de mes profs (@benomad) avait insisté pour que toute notre promo s’inscrive sur ce réseau social d’un nouveau genre. J’étais sceptique : 140 caractères, ça me semblait un peu court !

Le temps et une utilisation quotidienne du micro-blogging m’ont fait changer d’avis. Ca ne fait plus aucun doute : Twitter rocks !

En premier lieu, c’est en partie grâce à ce réseau que j’ai trouvé du travail – ce qui est déjà un gros point positif. Ensuite, Twitter m’a permis de faire de vraies rencontres sympas ! Cela semblera sans doute étonnant à ceux qui pensent encore que l’informatique et Internet sont des outils qui favorisent l’enfermement !

Je vous raconte le dernier exemple en date :

La semaine dernière, c’était le Twestival à Marseille. J’avais prévu d’y aller et dans l’après-midi, alors que j’étais à mon bureau, j’ai un peu blablaté à ce sujet sur Twitter. Alors que je pistais les derniers posts, j’ai appris qu’un journaliste anglais du Guardian était en train de faire un article en live-tweet depuis la cité phocéenne. Je suis un peu ses tweets et j’apprends qu’il est dans le Panier, à quelques rues de mon bureau ! Direct : un petit message pour l’inviter à passer me voir ! Je précise pour ceux qui ne le sauraient pas que je bosse pour Marseille-Provence 2013 dans un bâtiment classé qui mérite le détour : un beau point d’intérêt pour un anglais en vadrouille dans Marseille !

Mais le journaliste est déjà loin, malheureusement !

Alors je finis ma journée et je me rends au Twestival. Sur place, message du reporter britanique qui demande où sortir le soir. Je lance un tweet géolocalisé en l’invitant à passer et je continue ma soirée. C’est une heure plus tard que l’organisatrice du Twestival (@annechabot) me dit « qu’un anglais me cherche » et je me retrouve face à @benjilanyado !

Une belle rencontre et une longue discussion : j’apprends que le Guardian emploie actuellement Benji pour réaliser des « TwiTrips » à travers l’Europe. Une mission géniale ! En moins d’une heure, rendez-vous est déjà pris : nous nous reverrons à Londres !

Twitter m’a une nouvelle fois prouvé son pouvoir social qui va bien au delà de la limite qu’on ressent au premier abord avec ses 140 caractères. Et si Facebook a contribué à créer des tribus de faux-amis, je pense que Twitter a au contraire permis de nouer, non pas des amitiés – ne dénigrons plus un mot qui à une vraie signification – mais de véritables contacts avec des gens qui ne se seraient sûrement jamais rencontrés sans lui. Followers, followés, nous avons pour la plupart une proximité d’intérêts, de profession, de milieu, etc. Twitter a simplement fait passer cette proximité avant la proximité géographique… mais c’est aussi vraiment cool quand arrive la vraie rencontre !

Laisser un commentaire