Campagne pour la vodka Binboa

En France, travailler comme créa en agence, c’est souvent se taper des « ascenseurs émotionnels » à la remise des briefs : une grande joie suivie d’une immense déception ! En général, il s’agit de la découverte d’une marque qu’on apprécie, qui nous inspire, avec laquelle on se voit déjà faire une campagne de fou… et on apprend que le client veut garder le « même esprit que dans les campagnes précédentes » – celles créées par l’agence qu’il vient de quitter et qui lui a fourgué une mascotte foireuse qui pollue ses visuels !

Mon pire souvenir de ce genre concerne un grand classique des sujets publicitaire : la boisson alcoolisée. C’était un brief pour une grande marque de whisky. Je revois l’équipe créa autour de la table avec le DC nous expliquant l’historique de la marque et les petits détails, dont l’ouverture du client à la vraie créativité – tu sais, même celle qui va loin. Nous avions tous des étoiles dans les yeux ! Mais c’était avant que le service juridique nous annonce la sale nouvelle : le « rappel de la loi Evin ». En une page, 90% des concepts que nous étions déjà en train d’imaginer ont été anéantis ! C’est l’une des rares fois où je me suis dit que la pub, c’était peut-être mieux avant.

Loin de ces contraintes, voici une campagne turque pour la vodka Binboa (réalisée par l’agence Rafineri) qui ne pourrait malheureusement pas exister en France mais que je trouve excellente :

Publié le 31/12/2009 :

Laisser un commentaire